Archive for the ‘Société’ Category

The Lazarus Effect

Tuesday, July 20th, 2010

C’est l’histoire de  gens séropositifs au seuil de la mort qui ont amélioré dramatiquement leur état de santé grâce à un traitement ne coûtant qu’environ 40 cents par jour. À voir. Ça donne espoir.

 

La Gestapo

Thursday, March 11th, 2010

Genève est la ville d’Europe où il est le plus difficile de se trouver un appartement, avec un taux de vacance à moins de 0.2%. Il manque d’espace. D’ailleurs en regardant la carte du canton, on voit que la France est au sud, la France est à l’est, la France est à l’ouest et la France est au nord. Bref, Genève est encerclée.

Évidemment, les prix sont incroyablement élevés. Mimi est allée visiter un petit appartement bien ordinaire de 3 pièces (= 1 chambre à coucher) près du centre-ville il y a quelques jours. Malgré le loyer à 1950$ par mois, il y avait pas moins de 25 personnes à l’entrée. Et le propriétaire s’attendait à recevoir plus de 250 applications.

Je n’ai pas de problème avec la loi du marché. L’offre est petite alors que la demande ne cesse d’augmenter. Il est tout à fait normal que les prix soient projetés vers le haut. Là où j’ai un problème c’est quand les régie immobilières et les propriétaires discriminent sans retenue, contournent les lois, volent, profèrent des menaces et traitent les locataires comme de la merde. Par exemple:

  • On vous demande 12000$ de dépôt pour un appartement miteux.
  • On refuse catégoriquement les enfants.
  • On vous demande votre passeport, votre carte de séjour, vos relevés de paye des 3 derniers mois, une garantie bancaire et une copie de votre contrat de travail.
  • On vous oblige à signer pour 3 ans, sous peine de pénalités.
  • On augmente illégalement le prix du loyer.
  • On vous menace d’expulsion pour un rien.
  • On privilégie la famille, les amis, les connaissances et tout ceux qui font preuve de générosité.
  • On vous charge 300$ si vous refusez de signer un bail après avoir montrer de l’intérêt.
  • On ne loue pas aux Arables, aux Blacks et tout ce qui vient des Balkans.
  • Un mardi matin 10:30, sans préavis, on vous demande de vous présenter à leur bureau dans un délai de 30 minutes sans quoi vous perdez votre place.

C’est la gestapo.  Et puisqu’on n’a pas le choix de se loger, on ferme sa gueule.

gestapo

Grabuge à Genève

Sunday, November 29th, 2009

En sortant de notre appartement hier, nous tombons face à face avec plusieurs dizaines de policiers, vêtus de jambières, plastrons et casques, tous attroupés autour de cinq paniers à salade stationnés côte à côte au beau milieu de la rue. Soit ils s’apprêtent à disputer un match de hockey cossom, soit ils s’attendent à du grabuge.

Je me rappelle alors un courriel, envoyé la veille par l’officier de sécurité de mon bureau, nous informant que le centre-ville de Genève sera à éviter pour la journée du 28 novembre. Des manifestants anti-OMC ont prévu marcher dans «dans la joie» pour crier leur haine de la mondialisation et du libre marché.  

En se promenant un peu aux alentours, nous comprenons rapidement que c’est du sérieux. Sur la rue du Rhône, à la Place du Molard, sur le pont du Mont Blanc, à la Place de Longemalle, nous rencontrons une importante meute de policiers anti-émeutes, prêts à intervenir. Quelques jeunes ayant le malheur d’avoir les cheveux longs ou de sentir un peu trop le patchouli se font interpeller sur la voie publique.

Nous décidons de nous éloigner en allant faire un tour au salon des métiers et des professions qui se tient à Palexpo, près de l’aéroport. Qui sait, nous pourrions peut-être réorienter nos carrières.

Suite à la visite des différents kiosques, je me dis que je pourrais devenir boulanger. J’ai d’ailleurs déjà songé à mon slogan: La plus grosse baguette, c’est chez Max qu’elle se trouve! Vous avourez que c’est vendeur.

De son côté Mimi semble intéressée à devenir criminologue. Ou infirmière. J’en profite pour inviter ceux qui sont en train de se l’imaginer en petite tenue d’infirmière sexy, de mettre votre imagination au neutre. Souvenez-vous des paroles d’un vieux barbu: tu ne convoiteras point la femme de ton prochain.

Au retour, nous nous arrêtons à la gare Cornavin. Nous passons devant le chic hôtel Four Seasons, tout juste à la sortie du quartier des Pâquis, reconnu pour son dynamisme et son multiculturalisme, mais aussi pour sa violence, sa drogue et  sa prostitution. Toutes les vitres de l’hôtel sont fracassées. De jeunes protestataires anti-capitalistes ont encore démontré au monde entier toute la justesse de leur cause. L’argent c’est mal. Le commerce c’est de la merde. Le capitalisme c’est le diable. Après avoir mis le feu à une demi-douzaine de BMW, détruit la façade d’un Starbuck et d’un chic hôtel, nos petits révolutionnaires bien engraissés sont retournés sagement dans leurs quartiers bourgeois pour jouer au Playstation sur le nouvel écran de 50 pouces de papa.   

Des gens sont attroupés. Une caméran et sa journaliste courent après un diplomate tout juste sorti de l’hôtel. Il n’offrira pas de commentaire. Je me questionne à savoir s’il lui est vraiment interdit de parler ou s’il ne prend pas plutôt plaisir à déclarer à la caméra: je suis diplomate, je ne peux parler, pas de commentaire, merci. Si on m’interroge, je vais dire la même chose. Même si je ne sais rien.

Nous traversons le pont des Bergues et rejoignons les rues marchandes adjacentes à la vieille ville.  Nous nous retrouvons au beau milieu d’un autre type d’émeute. Celle du temps des Fêtes. Les riches et les moins riches, si ces derniers existent à Genève, vont de boutique en boutique, dépensant leur argent à coup de plusieurs centaines de francs. Pendant ce temps, un hippie anti-mondialiste distribue des tracs, invitant la foule à participer à une journée «sans dépense». Seul au beau milieu de nous tous, les méchants capitalistes, je salue son courage tout en refutant ses idées retrogrades. Et je m’empresse d’aller m’acheter le dernier des gadgets à la FNAC.

manifestation_geneve

Corruption à Montréal

Monday, October 26th, 2009

J’ai suivi avec un certain intérêt ce qui se passe présentement dans la Sicile canadienne ville de Montréal. Les nombreuses allégations de corruption et de collusion dans l’octroi des contrats de construction m’ont choqué. Surpris? Pas vraiment.

Le Canada a beau être en tête de liste des pays les moins corrompus, nombreux sont les cas où l’avarice d’une poignée d’individus a eu le dessus sur l’intérêt général. On l’a vu à Ottawa avec le scandale des commandites il y a quelques années. On le remarque à nouveau à la mairie de Montréal dans l’attribution des contrats de construction.

Des gens corrompus, il y en a partout. Dans les entreprises privées, dans les partis politiques, dans les gouvernements, dans la police, chez les Soeurs du Bon-Pasteur. J’exagère un peu. Il n’y a pas de corruption chez les Soeurs du Bon-Pasteur.

Quoique lors de mes études primaires chez cette communauté, j’ai toujours trouvé le train de vie de soeur Rose-Marie Larivière un peu louche. Vaste chambre de 5 mètres carrés, chapelets en bois d’ébène, réserve impressionnante de sucre à la crème, pour ne nommer que quelques-uns de ses excès. Les enveloppes brunes qu’elle trimbalait n’étaient sans doute pas que des bulletins scolaires. 

Une autre d’entre elles, soeur Bertha, a su accepter quelques pot-de-vins lorsque l’occasion s’est présentée. À sa demande, nous ramassions des pissenlits dans la cour d’école. En échange, elle nous refilait de la réglisse passée date et fermait les yeux sur certains de nos écarts de comportement, comme celui de “snaper” des balles de tennis dans les fenêtres de l’école. Il eût été trop facile d’expliquer son laxisme envers nos actes illicites par le simple fait qu’elle était aveugle.

Mon but n’était pas ici de traîner dans le fumier ces pauvres brebis égarées mais plutôt d’essayer de trouver des solutions au problème de la corruption dans nos gouvernements. 

Il faudrait d’abord limiter le pouvoir individuel des membres du gouvernement et des fonctionnaires. Plus le pouvoir est réparti et dilué, plus la corruption devient compliquée. S’il vous faut corrompre 25 fonctionnaires au lieu d’un seul, votre tâche est plus ardue.

Réduire la taille des gouvernements et baisser les taxes est une autre solution efficace. Quand il n’y a rien dans la cagnote, ça ne sert pas à grand chose d’essayer de piger dedans. 

 

corruption_construction

À la buanderie

Monday, October 19th, 2009

Voici quelques personnages que l’on rencontre à la buanderie:

La pas-chic: Vêtue d’un t-shirt arborant un magnifique loup chantant sous la lune ainsi que d’une paire de jogging en coton ouaté trop souvent souillée de suif, la pas-chic se sent aussi à l’aise à la buanderie que dans son sous-sol. Quand elle étire les bras, on réalise rapidement, à notre grand désespoir, que la quantité de tissu est nettement insuffisante pour couvrir les innombrables collines adipeuses qui jonchent son corps. C’est toutefois lorsqu’elle se penche et laisse entrevoir de trop petits sous-vêtements que l’on se surprend, l’espace d’un instant, à regretter d’être venu au monde.

Le mec: Même s’il a fait l’Afghanistan, le mec se rend rapidement compte que sa présente mission est incroyablement plus complexe que tout ce qu’il a entrepris dans le passé. Il tente par tous les moyens de se rappeler les ordres de la lieutenant-colonel (lire Mimi): monnaie=à la caisse, couleurs=ensembles, détergent=pas trop, eau de javel=?…c’était quoi donc qui allait avec eau de javel? À tout coup, tel le plus grand des magiciens, le mec miniaturise les gilets de laine et transforme le blanc en rose.

La vieille folle: Matin, midi ou soir, la vieille folle est toujours à la buanderie. Elle tricote, parle toute seule et fredonne avec autant de cohérence qu’un somnambule sur l’acide. À intervalles réguliers, elle va se plaindre qu’il fait trop froid, trop chaud, que ça sent le feu ou encore qu’on lui a volé sa chaise. La vieille folle surveille une quelconque laveuse qui n’est décidément pas la sienne et invective toute personne qui ose s’en approcher à moins deux mètres.

La power-user: Mère d’une famille de 5 enfants, la power-user est dans son élément. Elle utilise 5 laveuses et 8 sécheuses simultanément. Armée de détergents, assouplisseurs et produits en tout genre, on a l’impression qu’elle a fait sa thèse de doctorat en lessivage. Malgré les 100 kilos de linge sale à laver, elle trouve quand même le temps de s’adonner à des causes humanitaires, comme celle d’aider le mec, qui est assurément en danger de mort imminent.

Le chien: Traîné de force par son maître, c’est sous les regards réprobateurs des autres clients que le chien se réfugie sous un lavabo. Agacé par les odeurs de Bounce, de Tide au citron et de Downy, il éternue abondamment, au grand dam de son entourage. Lorsque la pas-chic lui marche sur la queue pour la troisième fois en 15 minutes, l’ennemi numéro de la buanderie utilise toutes ses énergies à lutter contre l’envie de croquer à belles dents dans les énormes jarrets qui s’offrent à lui. Alors que tous semblent offusqués par sa présence, l’indésirable canidé retrouve un petit instant de bonheur lorsque la vieille folle lui apporte gentiment, comme à toutes les semaines, ses biscuits préférés.

buanderie

Certaines personnes sont gais. Reviens-en!

Monday, October 12th, 2009

Voici une campagne de publicité contre l’homophobie qui circule présentement au Royaume-Uni.

getoverit

L’affaire Polanski: Honte à la France, à Hollywood et aux autres

Monday, September 28th, 2009

Roman Polanski, le talentueux réalisateur derrière le film Le Pianiste, a été arrêté hier en Suisse pour avoir violé une enfant de 13 ans en 1977. Polanski avait d’abord été accusé de viol, perversion, sodomie, acte obscène et lascif sur un enfant de moins de 14 ans et administration de drogues. Après avoir conclu un accord avec la poursuite, Polanski avait ensuite plaidé coupable à une accusation réduite d’avoir eu une relation sexuelle avec une personne mineure. Craignant une sentence sévère, Polanski s’était alors enfui en France, qui avait jusque-là toujours refusé de procéder à son arrestation.

Après 32 ans de liberté, le célèbre criminel fugitif a enfin été appréhendé alors qu’il tentait d’entrer en Suisse pour assister au Festival du film de Zurich. Alors que l’on devrait tous se réjouir de la capture d’un pédophile en caval, les démonstrations de support en faveur de Polanski ont été nombreuses. Politiciens français et polonais, acteurs hollywoodiens et personnalités diverses sont sortis en public pour crier leur indignation suite à l’arrestation du génie de la pellicule.

Voici quelques arguments évoqués par ces gens dont le jugement n’est décidémment pas leur qualité première:

Il a déjà tellement souffert dans sa vie (sa mère est morte dans un camp de concentration Nazi et sa femme enceinte de 8 mois a été assassinée par une disciple de Charles Manson).
Le fait d’avoir traversé des épreuves difficiles justifie-t-il le viol d’une enfant de 13 ans?

Les actes reprochés remontent à plus de 30 ans.
Le temps peut-il effacer un crime? À mon sens,  le fait qu’il ait délibérément fui la justice constitue plutôt un facteur aggravant.

La victime préférerait que la poursuite soit annulée.
On peut comprendre que la victime soit exaspérée d’être sous les projecteurs. Elle aimerait bien pouvoir passer à autre chose. C’est justement à cause de la lâcheté dont Polanski a fait preuve durant toutes ces années qu’elle n’a jamais eu la chance de tourner la page. S’il avait fait face à la justice il y a 30 ans, il lui aurait peut-être permis de recouvrer sa dignité un peu plus tôt. 

Polanski est un génie du cinéma.
Cela le place-t-il au dessus de la justice? 

Roman Polanski est une honte. Ceux qui le supportent nous offrent un triste spectacle aujourd’hui. Honte à la France, honte à Bernard Kouchner, honte à Frédéric Mitterand, honte à Isabelle Adjani, honte à Monica Bellucci, honte à tous ceux qui sont prêts à mettre au rancart les principes fondamentaux de la justice au nom du génie artistique.

World Wildlife Fund

Monday, July 20th, 2009

Mimi va commencer à faire du bénévolat pour le WWF dès demain matin. Voici d’excellentes publicités de l’organisme:

Fwwf

Policiers en rollerblades

Monday, June 8th, 2009

Sur le chemin du travail j’ai aperçu 4 policiers genevois patrouillant en rollerblades. L’utilisation de ce moyen de transport me laisse sceptique pour plusieurs raisons:

  • Plutôt inefficace pour poursuivre une voiture.
  • Plutôt inefficace pour poursuivre un cycliste.
  • Plutôt inefficace pour poursuivre un piéton (qui déciderait de monter un escalier par exemple).
  • Plutôt inefficace pour immobiliser un criminel récalcitrant.

Prochaine étape… des patrouilles en échasses.

policier_rollerblades

Connaissez-vous vos bouteilles de bières?

Wednesday, May 13th, 2009

Voici un petit quiz pour tester vos connaissances en matière de bouteilles de bière.

Mon score: 6/10. Décevant.

Si vous voulez, demain on jouera à connaissez-vous vos boîtes de thon?

bouteille_biere


Search with Google