Dimanche à Genève

C’est sous le regard dégoûté de Mimi que j’ai commencé ma journée en engloutissant deux bagels enduits de fromage bleu et de confiture. Par chance que les goûts ne se discutent pas car j’ai comme l’impression qu’elle m’aurait discuté ça sur un moyen temps.

C’est dimanche. À Genève comme ailleurs en Europe, les dimanches c’est plate. Pis pas à peu près. Tout est fermé. Les rues sont désertes. La ville est en dépression. Beaucoup de Suisses en profitent pour se réunir autour d’un brunch qui dure presque toute la journée.

En Suisse, ma famille c’est Mimi. Et considérant les fortes nausées que provoquent mes bagels au Bleu d’Auvergne, le brunch n’est pas une option viable. Et je suis inflexible sur mes fantaisies culinaires.

Quoi faire alors? Écouter la télé? Trop abrutissant. Lire? Trop fatiguant pour les yeux. Aller en ski? Ça prend une voiture.

Aujourd’hui j’ai trouvé. Les dimanches, ça se passe chez Gilles Desplanches. Ce chocolatier genevois, ouvert le jour du Seigneur, offre 17 variétés différentes de chocolats chauds. J’en reviens tout juste avec Mimi et je dois admettre que c’est divin.

Mais attention ça rend high. En sortant quand j’ai demandé à Mimi quel pays européen elle aimerait visiter prochainement elle m’a répondu… le Japon ou le Liban!  Méchant délire.

gilles_desplanches

4 Responses to “Dimanche à Genève”

  1. Vince says:

    C’est beau Gilles!

  2. Baste says:

    …Desplanches !!! (Vince… C’est toi là qui a piké mon call…):D

  3. Garamond says:

    Les dimanches sont faits pour aller à la messe….

  4. Max says:

    Vince, Baste: je vous l’ai servi trop facile :P

    Garamond: encore faut-il que les églises soient ouvertes…

Leave a Reply


Search with Google