Corruption à Montréal

J’ai suivi avec un certain intérêt ce qui se passe présentement dans la Sicile canadienne ville de Montréal. Les nombreuses allégations de corruption et de collusion dans l’octroi des contrats de construction m’ont choqué. Surpris? Pas vraiment.

Le Canada a beau être en tête de liste des pays les moins corrompus, nombreux sont les cas où l’avarice d’une poignée d’individus a eu le dessus sur l’intérêt général. On l’a vu à Ottawa avec le scandale des commandites il y a quelques années. On le remarque à nouveau à la mairie de Montréal dans l’attribution des contrats de construction.

Des gens corrompus, il y en a partout. Dans les entreprises privées, dans les partis politiques, dans les gouvernements, dans la police, chez les Soeurs du Bon-Pasteur. J’exagère un peu. Il n’y a pas de corruption chez les Soeurs du Bon-Pasteur.

Quoique lors de mes études primaires chez cette communauté, j’ai toujours trouvé le train de vie de soeur Rose-Marie Larivière un peu louche. Vaste chambre de 5 mètres carrés, chapelets en bois d’ébène, réserve impressionnante de sucre à la crème, pour ne nommer que quelques-uns de ses excès. Les enveloppes brunes qu’elle trimbalait n’étaient sans doute pas que des bulletins scolaires. 

Une autre d’entre elles, soeur Bertha, a su accepter quelques pot-de-vins lorsque l’occasion s’est présentée. À sa demande, nous ramassions des pissenlits dans la cour d’école. En échange, elle nous refilait de la réglisse passée date et fermait les yeux sur certains de nos écarts de comportement, comme celui de “snaper” des balles de tennis dans les fenêtres de l’école. Il eût été trop facile d’expliquer son laxisme envers nos actes illicites par le simple fait qu’elle était aveugle.

Mon but n’était pas ici de traîner dans le fumier ces pauvres brebis égarées mais plutôt d’essayer de trouver des solutions au problème de la corruption dans nos gouvernements. 

Il faudrait d’abord limiter le pouvoir individuel des membres du gouvernement et des fonctionnaires. Plus le pouvoir est réparti et dilué, plus la corruption devient compliquée. S’il vous faut corrompre 25 fonctionnaires au lieu d’un seul, votre tâche est plus ardue.

Réduire la taille des gouvernements et baisser les taxes est une autre solution efficace. Quand il n’y a rien dans la cagnote, ça ne sert pas à grand chose d’essayer de piger dedans. 

 

corruption_construction

10 Responses to “Corruption à Montréal”

  1. Mary Jay says:

    Tu dis, c’est hallucinant !!! Moi, je suis vraiment dégoutée du gouv en ce moment, j’exige un ménage dans leur finances !!! Pourquoi tu pense qu’ils ne veulent pas qu’on aille fouiller… Ben plus facile d’augmenter les contribuables !!!! À bas les fonctionnaires !

  2. matt says:

    moi j’exige le ménage de ton appart et que ça saute!!
    À bas les gens qui ne comprennent pas la politique!! ( voir mj)

  3. Mary Jay says:

    Ben là, tu trouves ça normal toi que des gens aille se la couler douce aux frais des minus comme toi pis moi ?!?!

  4. Baste says:

    Réplique même pas Marie ça vaut pas la peine… On est tous d’accord avec toi ! Y’en a juste 1 qui fait le clown pis qui comprend rien !

  5. Mimi says:

    Ah non sauve qui peut!!! Un faux Matt, une fausse Mary et un faux Baste sur ce blog….Sauvons-nous des usurpateurrrrrrrrrrrrrrrsssssssssss…

  6. Baste says:

    @ Mimi : Est excellente ! :D

  7. dji says:

    J’espère que je ne suis pas concerné dans le message subtil… car je suis fonctionnaire.

  8. Baste says:

    C’est pas les fonctionnaires qui se graisse la patte… C’est les sous-contractants pis les ministres !

  9. NIGHTWATCHER says:

    ERREUR: CEUX QUI OCTROIENT LES CONTRATS SONT LES CONSEILS D’ARONDISSEMENTS ET LES URBANISTES..DONC DES FONCTIONNAIRES..SEUL LES CONTRATS TOUCHANT LES AUTOROUTES, QUI SONT GOUV QC

  10. Baste says:

    @ NIGHTWATCHER :Ce sont eux qui octroient les contrats mais ce ne sont pas eux qui font de l’argent sale avec ça ! Nuance !

Leave a Reply


Search with Google