Match incroyable au Nassau Coliseum

Samedi soir dernier je suis allé voir un match opposant les Canadiens de Montréal aux Islanders de New York au Nassau Coliseum en compagnie de Mimi, mon père et Marco. Une soirée inoubliable. 

Avant-match 

Afin d’assister à la pratique d’avant-match, nous décidons d’arriver vers 5:30 au Nassau Coliseum. Nous sommes alors accueillis par un groupe de jeunes partisans des Islanders qui nous chantent quelques bêtises. Je me dis alors en moi-même : la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe.

Arrivés à nos sièges, nous réalisons que les partisans des Canadiens sont venus en grand nombre. En effet, le chandail bleu-blanc-rouge domine le paysage. C’est de bon augure.

Au début de la pratique, Marco, grand mordu de sport, décide d’aller se mettre chum avec Pierre Gervais, gérant de l’équipement pour les Canadiens de Montréal. Après une courte discussion avec Pierre, il vient nous rejoindre avec le bâton de nul autre que Georges Laraque. Avoir eu un peu plus de temps je pense qu’il serait revenu avec le casque de Kostitsyn, les gants de Latendresse et la cravate à Carbonneau.

Première période

Après le but de Kovalev, les Canadiens se mettent en mode dormons-au-gaz et les Islanders en profitent pour prendre le contrôle de la partie. À la fin de la première le score est de 2 à 1 pour les Newyorkais. On va se reprendre en deuxième, se dit-on.

Deuxième période

Les Islanders continuent de dominer et ajoutent rapidement un autre but. Carbonneau tente de fouetter les troupes en envoyant le dur à cuire Georges Laraque sur la patinoire. Il livre alors un combat au géant Mitch Fritz. Sans toutefois gagner le combat, Laraque réussit à placer un ou deux bons coups qui forceront Fritz à se soumettre à des rayons X.

Les Islanders ajoutent ensuite un autre but pour conclure la deuxième période avec une avance de 4 à 1. Le désespoir s’empare de nous. On est dans la merde, se dit-on.

Pendant l’entracte, les nombreux partisans des Canadiens commencent à être la cible de moqueries de la part des Newyorkais. Tirant de l’arrière par trois buts, on ne peut que rester silencieux face à leurs attaques.

Troisième période

C’est en troisième période que le miracle se produit.

À 7.48, Plekanec marque. Les partisans de Montréal ont un petit regain de vie. On commence à entendre le Go Habs Go.

Puis, à 9.55, ce même Plekanec ajoute un autre but pour porter la marque à 4-3. La foule se fait plus bruyante.

Quand Christopher Higgins crée l’égalité à 14.06, l’hystérie s’empare du Nassau Coliseum. On a soudain de la difficulté à croire que le match se joue à New York. Le Go Habs Go résonne maintenant bruyamment dans l’amphithéâtre.

À 15.19 le seul et unique Alex Kovalev marque ce qui s’avérera être le but gagnant de la partie. Les milliers de partisans du Tricolore sont euphoriques (pour ne pas dire fous comme d’la marde). Les célébrations se transportent dans les couloirs puis dans le stationnement.

Long Island a été pris d’assaut. Montréal a prévalu. 

Alex Kovalev

Leave a Reply


Search with Google